Avertissement !


Aujourd’hui, l’hypnose a le vent en poupe. Méfiez-vous des charlatans! Certaines personnes sans éthique, n’ont aucun scrupule à s’improviser hypnothérapeute après une formation très courte et très peu de connaissances, tant théoriques que pratiques (dans mon secteur géographique une école forme des praticiens en 4 jours ! A vous de voir si ça vous semble sérieux…).

A ce propos, on peut s’interroger sur certaines formations proposées uniquement « en ligne » sur Internet !
Comment peut-on décemment et déontologiquement croire être opérationnel sans une formation en « présentiel » et supervisé, corrigé, guidé par au moins un formateur qualifié et expérimenté ? A mon sens, juste une aberration ! A titre de comparaison, à l’Académie pour la Recherche et la Connaissance en Hypnose Ericksonienne (A.R.C.H.E), j’ai été formé « en live » par une quinzaine de formateurs et superviseurs expérimentés…

Apprendre les principes de base de l’hypnose c’est une chose, mais ce n’est pas suffisant ! Cela demande un investissement personnel important. Interrogez-vous sur les motivations du praticien.

S’informer auprès du S.N.H

Syndicat National des Hypnothérapeutes
Le Syndicat National des Hypnothérapeutes, seul représentant légal de la profession, est là pour défendre et promouvoir la pratique auprès des pouvoirs publics. Il oeuvre pour un meilleur encadrement afin de protéger les intérêts et la sécurité des clients.

En cas de doutes, renseignez-vous auprès du SNH et vérifiez déjà si votre thérapeute en fait partie. C’est un gage de sécurité et de sérieux, et quoi qu’il en soit, ils sauront toujours vous dire quelles sont les écoles reconnues de celles qui ne le sont pas. Car hélas, là aussi, de nombreux établissements de formation fleurissent, sans pour autant dispenser un enseignement de qualité !

Consulter ma fiche d’adhérent au S.N.H

Appellations douteuses !

De même, prenez garde aux professionnels qui utilisent d’une manière détournée le terme « PSY ». Le titre de psychologue nécessite 5 années d’études universitaires! Les appellations psychologues et psychothérapeutes sont protégées.

Et du coup on voit apparaître des « PSYtruc », « PYSCHOtruc » et autres « PSYmachin » ! Des appellations équivoques qui prêtent à confusion et peuvent induirent en erreur.

Est-ce que le praticien est transparent sur son cursus, ses valeurs, sa communication ? Est-il signataire d’une charte Éthique et d’un code de Déontologie ?

Déontologie
« Je ne suis ni médecin, ni psychologue, ni psychiatre, ni psychothérapeute.
Je ne fais donc pas de diagnostics, ne soigne pas et ne guéris pas.
Je suis praticien en hypnose et programmation neuro-linguistique, formateur en communication, management et ressources humaines. Membre du syndicat national des hypnothérapeutes.
Les pages de ce site sont données dans le cadre d’une démarche de bien-être à l’exclusion de tout objectif médical (ou paramédical) et ne peuvent en aucun cas se substituer à un avis médical. Elles ne dispensent en aucun cas de consulter un professionnel de la santé, chaque fois que cela est nécessaire. Seul un médecin est habilité à poser des diagnostics, prescrire, modifier ou supprimer tout traitement médical. Toute question relevant du domaine médical est à poser à votre médecin traitant. »

Pratiques douteuses !

Certains croient que les hypnothérapeutes ont le pouvoir de les contrôler contre leur grès. RIEN N’EST PLUS FAUX!
Personne ne peut vous faire faire une chose que vous ne voulez pas, ou qui ne vous ressemble pas.
Sous hypnose, vous êtes simplement dans un état de conscience modifié.

Une erreur courrante est de confondre l’hypnose en cabinet et l’hypnose de spectacle. Cette dernière se focalise sur les phénomènes hypnotiques pour pouvoir faire le « show » et non sur un quelconque accompagnement thérapeutique. L’hypnotiseur va chercher à influencer par tous les moyens son public pour que celui-ci soit émerveillé, croit qu’il a un « pouvoir magique » et le rendre ainsi hyper-suggestible pour faire son spectacle!

Si un professionnel installé en cabinet veut vous faire croire à ses pouvoirs magiques…FUYEZ !

La transe est l’état dans lequel l’apprentissage et l’ouverture au changement peuvent se produire le plus aisément. Elle ne relève pas d’un état de sommeil induit. Les patients ne sont pas mis sous l’influence du thérapeute, ni dépossédés de leur contrôle et placés sous la dépendance d’autrui. La transe, en réalité, est un état naturel que nous avons tous expérimenté. Notre expérience la plus familière en est la rêverie, mais d’autres états de transe peuvent survenir lorsque nous méditons, prions ou effectuons certains exercices. […]MILTON ERICKSON - Psychiatre et hypnothérapeute

Méfiez-vous également de ceux qui proposent des solutions miracles en une seule séance ! Vous pensez bien que si ça marchait sur tout le monde et tout le temps ça se saurait !
Tout individu est une personne « unique » et toute problématique a des origines multifactorielles. Dès lors, comment peut-on garantir de façon absolue dans une publicité un résultat en une, deux ou même trois séances sans même avoir rencontré la personne ? De telles pratiques mensongères, au lieu de vous enthousiasmer, devraient vous alerter immédiatement car elles en disent long sur les valeurs, l’éthique du praticien…
L’alliance thérapeutique basé sur le rapport de confiance, est une condition indispensable de tout accompagnement digne de ce nom !

En fait, écoutez votre intuition ! Si vous « sentez » que le courant ne passe pas, n’allez pas plus loin.

Enfin, il faut se poser les bonnes questions quand, au bout de quelques mois d’activités, certains bradent leurs prix en vue d’accroître leur carnet de RDV. Nous ne sommes pas des marchands de tapis !